Vous voulez faire de votre enfant un adulte en bonne santé ? Nourrissez-le sainement
L'alimenteur est devenu le premier prescripteur du médicamenteur.
cuisine saine pour des enfants sains
pdiatrie      Alimentation industrielle ?
Voici une mise en bouche;
     enfant sant

produits sains pour les enfants  A ne pas manquer

Retour
Etats généraux de l'alimentation: c'est l' Agrobusiness qui régale
Auteur: Le Canard Enchainé
Mardi - Septembre 26, 2017 8:16 pm
Etats généraux de l'alimentation: c'est l' Agrobusiness qui régale
Assaisonnement des œufs au fîpronil ; agrément renou­velé à un engrais cancérigène ; réveil de la crise des bas salaires pay­sans ; fin des aides au maintien de l'agriculture bio : chaque semaine, un savoureux débat vient relever le menu des Etats généraux de l'ali­mentation.
Ce Grenelle de la bouffe, promis par le candidat Macron, a ouvert pour la première fois le 20 juillet. Dans quinze jours, il recevra la visite du président de la République, qui se verra remettre un premier rapport sur les travaux en cours.
L'objectif est de proposer une nouvelle répar­tition des recettes entre agriculteurs, industriels et distributeurs (sans sa­crifier la qualité), et d'ouvrir ainsi la voie à une loi ou à un règlement ad hoc.
Un pépin, et un gros : l'un des in­vités est surreprésenté au sein des « ateliers » des Etats généraux.
« L'agro-industrie a fait main basse sur les Etats généraux », s'énerve un membre de la Confédération pay­sanne, syndicat dénonçant les dé­rives de l'agriculture industrielle.
Sur les 21 animateurs de ces tables rondes, 11 représentent des grandes marques et des transformateurs de produits agricoles. Ceux-là mêmes que l'on accuse de contribuer à mettre les paysans sur la paille et de fa­voriser la malbouffe...
Illustration : l'étonnante composi­tion de l'atelier 5, qui ambitionne de « rendre les prix d'achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs ». A qui en a-t-on confié les rênes ?
Au directeur géné­ral de la division Produits laitiers frais de Danone, assisté du pédégé de Système U.
« Comment imaginer  que ceux qui profitent le plus du sys­tème en pressurisant les producteurs aient envie de tuer leur poule aux œufs d'or ? » persifle notre syndica­liste agricole.
Quatre ateliers, pas moins, ont également été trustés par des géants des céréales ou des oléagineux. Par ordre décroissant de chiffre d'affaires, le premier est Avril, puissant conglo­mérat de l'agro-industrie, avec 7 mil­liards d'euros sur la balance.
Nu­méro 1 des 
raffîneurs français d'huiles végétales pour la table (Lesieur, Puget...) mais aussi pour les moteurs tournant au biodiesel, ce groupe a placé son directeur délégué général et son vice-président à la tête de deux ateliers.
Un troisième est dirigé par le pré­sident d'Axereal, monstre coopératif comptant parmi ses actionnaires le numéro 3 mondial du sucre et pesant 3,3 milliards d'euros.
A qui les miettes ?
Le petit dernier, Limagrain, 4e semencier mondial (2,5 milliards de chiffre d'affaires), a, lui aussi, décro­ché une présidence pour l'un de ses administrateurs. Rémi Haquin pré­sente un CV parfait pour promouvoir « une alimentation saine, sûre et du­rable », ainsi que le proclame la pro­fession de foi des Etats généraux. En plus d'être le numéro 2 de l'Associa­tion générale des producteurs de blé - le lobby des grands céréaliers -, il dirige une boîte créée par l'union des fabricants français de pesticides pour recycler les bidons, les fûts d'insec­ticides et autres fongicides. Déli­cieux. ..
Reste le plat du chef : la coordina­tion de cette grand-messe a été confiée à un agriculteur, Olivier Allain, lequel est aussi le porte-voix de la FNSEA, syndicat chantre du productivisme agricole (lire l'encadré). Dès lors, la vingtaine d'ONG, syndi­cats alternatifs et associations de consommateurs invités ont un peu l'impression de servir de garniture. Commentaire de l'un de ces oubliés : « Les enjeux sanitaires et environne­mentaux ou les vraies raisons de la détresse du monde paysan sont pas­sés à la trappe. La volonté est claire­ment de ne pas changer de modèle.
C'est juste une opération de com'. »
Aux petits oignons...
Jérôme Canard
Aucun commentaire
Laissez un commentaire
* Nom
* Email (ne sera pas publié)
*
* Entrez le code de vérification
Indiquez le nom de la capitale française en minuscule pour prouver que nous n avons pas à faire à un robot
*
* - Champs requis
 

phytothrapie Avant de vous jeter dans les comptes des médicamenteurs voyez ceci et d'autres alternatives: Phytothérapie

Aujourd’hui se côtoient deux Bio;
le BIO Biologique et de plus en plus le bio qui lui n’est autre que de la Bouffe Industrielle Opportune

cuisine saine pour avoir des enfants sains
Accueil Enfant durable

Une très belle réussite de Bio collective à voir