Vous voulez faire de votre enfant un adulte en bonne santé ? Nourrissez-le sainement
L'alimenteur est devenu le premier prescripteur du médicamenteur.
cuisine saine pour des enfants sains
pdiatrie      Alimentation industrielle ?
Voici une mise en bouche;
     enfant sant

produits sains pour les enfants  A ne pas manquer

Retour
Un gros oubli
Auteur: Le Canard Enchainé
Mercredi - Octobre 18, 2017 12:19 pm
Un gros oubli
Quand ils ont appris que, le 11 octobre, Emmanuel Macron se déplaçait à Rungis pour lancer le deuxième rouna des Etats géné­raux de l'alimentation consacré au « manger sain », les industriels de l'agroaïimentaire se sont épon­gé le front.
Ce mercredi-là coïn­cidait en effet avec la Journée mondiale de lutte contre l'obésité.
Le chef de l'Etat avait-il choisi pile-poil cette date pour annoncer dans son discours qu'il déclarait la guerre à la malbouffe ?
Fausse alerte : des ravages pour la santé de la nourriture industrielle trop grasse, trop sucrée, trop salée, il n'a pas été question une seule fois.
Au même moment, l'Organisa­tion mondiale de la santé, à l'ori­gine de ladite journée contre l'obé­sité, diffusait une étude accablante sur le sujet. Selon les chercheurs de l'Impérial Collège de Londres, 14 % des terriens sont désormais en surpoids, et le nombre d'enfants et d'adolescents obèses a, lui, été multiplié par 10 en quarante ans. L'OMS a donc tapé du poing sur la table en demandant aux Etats de réduire fissa la « consommation d'aliments bon marché, extrême­ment transformés, hautement caloriques et pauvres sur le plan nutritif ».
La France n'est pas épar­gnée par cette « épidémie » d'obésite : 15 % des minots sont trop gros.
Les économistes ont fait le cal­cul : la flambée d'obésité et son cortège de maladies coûterait chacjue année, en dépenses de santé et en chute de productivité, 54 milliards d'euros à notre PIB.
Voilà un argument qui devrait mo­tiver Macron. Sauf que la grande distribution, qui pèse de tout son poids aux Etats généraux de l'ali­mentation, n'a, elle, aucun intérêt à inscrire la question au menu. Une expérience menée par l'In-serm il y a deux ans a montré que les habitués des grandes surfaces affichaient un tour de taille 0,3 fois plus large que ceux qui font leurs courses dans les petits commerces. Mieux, le nombre de crans sup­plémentaires à la ceinture aug­mente avec la surface du maga­sin !
En fait, le risque de devenir obèse est inversement proportion­nel au poids du portefeuille. D'après une enquête épidémioloqique sortie en 2015, le taux d'obésité dans les foyers qui ga­gnent moins de 1 200 euros par mois est de 17.9 %. deux fois plus que dans les familles dont le re­venu dépasse les 3 800 euros.

Avec tout ça, certains vont en­core dire que Macron est le pré­sident des riches.
Aucun commentaire
Laissez un commentaire
* Nom
* Email (ne sera pas publié)
*
* Entrez le code de vérification
Indiquez le nom de la capitale française en minuscule pour prouver que nous n avons pas à faire à un robot
*
* - Champs requis
 

phytothrapie Avant de vous jeter dans les comptes des médicamenteurs voyez ceci et d'autres alternatives: Phytothérapie

Aujourd’hui se côtoient deux Bio;
le BIO Biologique et de plus en plus le bio qui lui n’est autre que de la Bouffe Industrielle Opportune

cuisine saine pour avoir des enfants sains
Accueil Enfant durable

Une très belle réussite de Bio collective à voir