Vous voulez faire de votre enfant un adulte en bonne santé ? Nourrissez-le sainement
L'alimenteur est devenu le premier prescripteur du médicamenteur.
cuisine saine pour des enfants sains
pdiatrie      Alimentation industrielle ?
Voici une mise en bouche;
     enfant sant

produits sains pour les enfants  A ne pas manquer

Retour
Cachez-moi cette nanoparticule...
Auteur: Le Canard Enchainé
Mercredi - Novembre 22, 2017 6:38 pm
Cachez-moi cette nanoparticule...
 Ces résultats confirment la présence de structures nanoparticulaires dans les aliments ciblés, sans que l'étiquetage mentionne la présence de nanomatériaux. » C'est ainsi que, le 10 novembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) commentait sa première campagne d'analyses sur les nano-ingredients dans nos assiettes. Les pouvoirs publics auront mis du temps avant de soulever le couvercle de la marmite. Cela fait belle lurette que l'agroalimentaire utilise comme additifs des particules dont la taille ne dépasse pas le millionième de millimètre et dont on ignore tout des effets sur notre santé.
C'est d'ailleurs pour cela que, depuis presque trois ans, un règlement européen impose d'indiquer sur l'étiquette la présence d'un nano-ingrédient. Une obligation sur laquelle s'assoit l'industrie de l'agroalimentaire : sur les 19 aliments passés au crible par la Répression des fraudes, essentiellement des sauces industrielles, des bonbons et des décorations pour gâteaux, 16 recelaient des nanos en douce...
C'est l'ONG Agir pour l'environnement qui, en juin 2016, avait levé le lièvre en découvrant quatre produits contenant des nanoparticules clandestines.
En septembre dernier, l'association 60 Millions de consommateurs remettait le couvert en détectant dans des bonbons et desserts glacés testés du dioxyde de titane, dont la présence ne figurait pas sur les étiquettes. Or cette nanoparticule ne réussit pas aux rats.
Quand on en donne à becqueter aux pauvres bêtes, comme l'Institut national de la recherche agronomique en a fait récemment l’expérience, les rongeurs développent des lésions précancéreuses du côlon et des troubles du système immunitaire. Voilà une bonne raison de taper sur les doigts des tricheurs. Que nenni !
Questionnée par « Le Canard », la DGCCRF explique sans rire qu'elle va « rencontrer dans les prochains jours les professionnels concernés pour partager ces résultats et décider ensuite des mesures appropriées, notamment des poursuites, si cela s'avère nécessaire ». Pendant ce temps, les industriels se démènent, auprès de Bruxelles, pour que seuls les additifs contenant plus de 50 % de nanoparticules soient soumis à l'étiquetage, ce qui exclurait, par exemple, le dioxyde de titane, l'un des plus utilisés, notamment pour faire briller les bonbons. Houspillée par Agir pour l'environnement, qui dénonce la mollesse des pouvoirs publics, la DGCCRF promet de publier les résultats des 97 prélèvements restants « d'ici à la fin de l'année .
Après que l'on se sera régalés avec les confiseries de Noël ?
Aucun commentaire
Laissez un commentaire
* Nom
* Email (ne sera pas publié)
*
* Entrez le code de vérification
Indiquez le nom de la capitale française en minuscule pour prouver que nous n avons pas à faire à un robot
*
* - Champs requis
 

phytothrapie Avant de vous jeter dans les comptes des médicamenteurs voyez ceci et d'autres alternatives: Phytothérapie

Aujourd’hui se côtoient deux Bio;
le BIO Biologique et de plus en plus le bio qui lui n’est autre que de la Bouffe Industrielle Opportune

cuisine saine pour avoir des enfants sains
Accueil Enfant durable

Une très belle réussite de Bio collective à voir