Vous voulez faire de votre enfant un adulte en bonne santé ? Nourrissez-le sainement
L'alimenteur est devenu le premier prescripteur du médicamenteur.
cuisine saine pour des enfants sains
pdiatrie      Alimentation industrielle ?
Voici une mise en bouche;
     enfant sant

produits sains pour les enfants  A ne pas manquer

Retour
Un logo bien "lait"
Auteur: Le Canard Enchainé
Mercredi - Décembre 20, 2017 12:23 pm
Un logo bien
« Dans le cadre de son atelier Alimentation et petits budgets, la filière laitière vous propose un focus sur l’impact du Nutri-Score. » La ministre de la Santé venait à peine de signer l'acte de baptême instaurant un nouvel étiquetage nutritionnel à cinq couleurs, qui permet d'un coup d'œil de repérer les aliments bons ou mauvais pour la santé, que le Cerin, le Centre de recherche et d'informations nutritionnelles, le faux nez de l'in­dustrie lactée, rameutait les jour­nalistes pour un déjeuner débat de 2 h 30 sur le sujet.
Au menu : « mieux comprendre en quoi le Nutri-Score risque de pénaliser »... devinez qui ? les po­pulations. .. « à budget modeste ».
En clair, à cause de ce nouvel éti­quetage plus limpide, les pauvres vont tout à coup se rendre compte et qu'ils n'ont pas assez d'oseille pour manger sain et que la plupart des aliments industriels pas chers sont signalés par un feu orange ou rouge parce que surchargés en mauvais gras, en sucres et en sel. Avec, pour servir cette soupe, un économiste sociologue de l'alimen­tation, un blogueur culinaire et une diététicienne maison...
Et le Cerin a prévu de remettre le couvert sur les méfaits du Nutri-Score le 18 janvier, lors d'un nou­veau point presse.
Si l'industrie laitière cogne à coups de louche sur ce logo cinq couleurs, c'est parce qu’elle compte parmi ses clients les principaux fabricants de desserts lactés, de crèmes glacées, de pâtisseries industrielles et de barres chocolatées.
Prenez le groupe Mars, géant de la confi­serie (Twix, Bounty. M&M's...). avec un chiffre d'affaires annuel de 30 milliards de dollars, la quasi-totalité de ses produits soumis aux feux quincolores virent orange ou rouge, comme l'a montré la revue « UFC-Que choisir ».
Mars et cinq autres multinatio­nales de l'agroalimentaire, telles que Mondelez, Nestlé ou Unilever, ont d'ailleurs lancé leur propre logo, fondé sur une fumeuse ap­proche par portion qui le rend in­déchiffrable. Il faut dire que le mi­nistère de la Santé a « oublié » dans son arrêté de rendre obliga­toire l'étiquette Nutri-Score.
Résul­tat : la guerre de l'étiquetage nu­tritionnel qui a commencé il y a plus de quatre ans se poursuit avec l'industrie laitière dans le rôle du coupe-jarret.
Pour que cesse le dénigrement, 20 sociétés savantes, des associa­tions de consommateurs et des pro­fessionnels de la santé ont lancé, le 4 décembre, une pétition intitulée « Oui au Nutri-Score », qui a re­cueilli, à ce iour, plus de 15 000 si­gnatures.
 
On peut toujours croire au Père Noël !« Dans le cadre de son atelier Alimentation et petits budgets, la filière laitière vous propose un focus sur l’impact du Nutri-Score. » La ministre de la Santé venait à peine de signer l'acte de baptême instaurant un nouvel étiquetage nutritionnel à cinq couleurs, qui permet d'un coup d'œil de repérer les aliments bons ou mauvais pour la santé, que le Cerin, le Centre de recherche et d'informations nutritionnelles, le faux nez de l'in­dustrie lactée, rameutait les jour­nalistes pour un déjeuner débat de 2 h 30 sur le sujet.
Au menu : « mieux comprendre en quoi le Nutri-Score risque de pénaliser »... devinez qui ? les po­pulations. .. « à budget modeste ».
En clair, à cause de ce nouvel éti­quetage plus limpide, les pauvres vont tout à coup se rendre compte et qu'ils n'ont pas assez d'oseille pour manger sain et que la plupart des aliments industriels pas chers sont signalés par un feu orange ou rouge parce que surchargés en mauvais gras, en sucres et en sel. Avec, pour servir cette soupe, un économiste sociologue de l'alimen­tation, un blogueur culinaire et une diététicienne maison...
Et le Cerin a prévu de remettre le couvert sur les méfaits du Nutri-Score le 18 janvier, lors d'un nou­veau point presse.
Si l'industrie laitière cogne à coups de louche sur ce logo cinq couleurs, c'est parce qu’elle compte parmi ses clients les principaux fabricants de desserts lactés, de crèmes glacées, de pâtisseries industrielles et de barres chocolatées.
Prenez le groupe Mars, géant de la confi­serie (Twix, Bounty. M&M's...). avec un chiffre d'affaires annuel de 30 milliards de dollars, la quasi-totalité de ses produits soumis aux feux quincolores virent orange ou rouge, comme l'a montré la revue « UFC-Que choisir ».
Mars et cinq autres multinatio­nales de l'agroalimentaire, telles que Mondelez, Nestlé ou Unilever, ont d'ailleurs lancé leur propre logo, fondé sur une fumeuse ap­proche par portion qui le rend in­déchiffrable. Il faut dire que le mi­nistère de la Santé a « oublié » dans son arrêté de rendre obliga­toire l'étiquette Nutri-Score.
Résul­tat : la guerre de l'étiquetage nu­tritionnel qui a commencé il y a plus de quatre ans se poursuit avec l'industrie laitière dans le rôle du coupe-jarret.
Pour que cesse le dénigrement, 20 sociétés savantes, des associa­tions de consommateurs et des pro­fessionnels de la santé ont lancé, le 4 décembre, une pétition intitulée « Oui au Nutri-Score », qui a re­cueilli, à ce iour, plus de 15 000 si­gnatures.
 
On peut toujours croire au Père Noël !
Aucun commentaire
Laissez un commentaire
* Nom
* Email (ne sera pas publié)
*
* Entrez le code de vérification
Indiquez le nom de la capitale française en minuscule pour prouver que nous n avons pas à faire à un robot
*
* - Champs requis
 

phytothrapie Avant de vous jeter dans les comptes des médicamenteurs voyez ceci et d'autres alternatives: Phytothérapie

Aujourd’hui se côtoient deux Bio;
le BIO Biologique et de plus en plus le bio qui lui n’est autre que de la Bouffe Industrielle Opportune

cuisine saine pour avoir des enfants sains
Accueil Enfant durable

Une très belle réussite de Bio collective à voir